Reportage photos: L'image qui dévoile la face cachée d'un lycée à Jijel. suite

Nous avons écris dans ce journal qu'il existe dans nos établissements des salles pédagogiques sans tableaux, et, nous avons donné l'exemple d'un lycée, où,  l'enseignante présentait son cours aux élèves, en écrivant sur le mur.Criant Au moment, où, les pays qui se respectent donnent beaucoup à l'Intérêt pédagogique, mais aussi au (Tableau Blanc Interactif) motivation et concentration des élèves, gain de temps, sensibilisation aux nouvelles technologies...

Eh bien cette affaire a eu des échos, des partages, enfin des réunions...Et, peut être une solution !Sourire 

Ce jour du 13.01.2015, nous avons reçu ce message!

Voici une autre image, à vous de juger !Clin d'œil Qui pourra nous confirmer si l'enseignante a réellement atteint ses objectifs pédagogiques ? Au moment où, l’attention et la concentration des élèves, est inexistante. Ce que nous avons oublié dans cette affaire, qui parait peut être ridicule, mais à mon avis, elle est très grave, c'est le manque du suivi pédagogique des inspecteurs.

Les élèves ont encore enlevé le tableau, le fracasser, pour ensuite le jeter par la fenetre!

Dans ce cas, nous n'avons pas affaire à des élèves... A qui la faute ?

Alors là, c'est une autre histoire !

Voici le dernier message:

ﺷﻮﻓﻮﺍ ﻟﺎﻳﻦ ﻭﺻﻠﻨﺎ.

..ﻟﻠﻤﺮة ﺍﻟﺜﺎﻧﻴﺔ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﺘﻮﺍﻟﻲ ﺗﺤﻂﻴﻢ ﺳﺒﻮﺭﺓ ﺑﺄﺣﺪ ﺃﻗﺴﺎﻡ ﺛﺮﺧﻮﺵ و ﻗﺪ ﺗﻢ ﺭﻣﻴﻬﺎ ﻣﻦ ﻧﺎﻓﺪﺓ القسم

 

 

Jijel 5

 
 

souilah2@yahoo.fr medsouilah@jijel.info

Commentaires (3)

Elbaraka
A vrai dire, je ne suis pas très choqué par ce qui se passe au Lycée Terkhouche Ahmed, mais comme la nouvelle génération d’élèves est trop gâtée par les directives du MEN, qui consacre en fait la médiocrité et l’impunité et encourage la violence et la rébellion au sein de l’école, nos élèves se sont sentis méprisés et se sont attaqués, sans crainte aucune, aux tableaux blancs, privant ainsi d’autres classes non concernées par le problème de leur droit au cours.
En plus de l’isolement, l’état de désordre qui caractérise le lycée Terkhouche a découragé plus d’un. Ceux parmi les fonctionnaires qui s’y trouvent ont hâte de partir et ceux qui se trouvent ailleurs ne souhaitent jamais y venir. On a parmi les terkhouciens de très bons enseignants, mais vu l’état de désordre qui règne au sein de l’établissement et en raison des interventions irrespectueuses de certains parents d’élèves dans la gestion du lycée, ils préfèrent continuer à travailler dans d’autres établissements, malgré l’éloignement et les dépenses que nécessitent leurs déplacements quotidiens.
Les parents d’élèves sont avertis : par ses lois et ses réformes improvisées, le Ministre de l’Éducation est entrain de semer en nos enfants les germes de la médiocrité, de la désobéissance, du désespoir et de la violence. S’ils ne se mettent pas du côté des enseignants et de l’administration pour redresser la situation dans nos établissements, ils seront complices dans tout ce qui advient de grave de leurs propres enfants et des enfants des autres.
Daykha Botros
  • 2. Daykha Botros (site web) | 13/01/2015
Le comble c'est de voir un établissement scolaire dans un état lamentable ... le baril de pétrole à moins de cinquante dollars le baril ça ne pas certainement pas dans le bon sens certaines personnes ne veulent pas que nos enfants étudient dans des bonnes conditions le niveau n'en parlons pas les mieux nantis payent des cours à leurs enfants quand aux autres ils rateront le train de la technologie du progrès (Constantine capital de la culture c'est rigolo)pauvres élèves de nos établisseents scolaires dont lavenir est déjà compromise
ema1
  • 3. ema1 | 13/01/2015
l´auteur termine son message par :Dans ce cas, nous n'avons pas affaire à des élèves... A qui la faute ?
pour étre objectif on dis bien que c´est la faute de tous ceux qui fréquentent ce lycée : eleves, enseignants, administration en plus de l´academie de jijel et les parents d´éleves en tand qu´institution á part !! je ne veux pas citer á la central par ce que il s´agit d´un autre genocide
le lycée est un nucléol qui refléte la réalité sociael et politique de notre société , ce n´est pas etonnant de voir des deviations pareils dans les comportements de ses individus . c´est la demission totale de la famille et de l´enseignant qui est á l´origine de ce drame social .les parents et l´enseignant n´arrivent pas á imposer leur autorité sur ses enfants déchainés . tout le monde fuit la responsabilité
et comme je l´ai toujour dis : les idées trahis se vengent terriblement
la solution: il faut proceder á une approche integrale pour reduire l´effet desastreux de ce phenomeme , dans l´immediat il faut installer á l´interieur meme du lycée une cellule d´ecoute et un cabinet de psy et neurologue non pas pour les eleves mais pour tout le personnel du lycée : c´est á dire qu´ils soit destiné á toute les categories : employés, enseignants, eleves ..par ce qu´ils sont tous malades .
la presence de la police civile est imperative en cas de reactions violentes des eleves ou des enseignants ...

Ajouter un commentaire

 
×